Se loger en Suisse : location, colocation et sous-location

Du village de rêve... à la réalité urbaineDu village de rêve... à la réalité urbaine

Se loger en Suisse : location, colocation et sous-location

Il peut être très difficile de se loger dans certaines villes de Suisse. Le taux de logements vacants ne représente que 1,72% du parc des biens dans la Confédération en 2020. A cela s’ajoute le prix élevé des loyers dans les grandes villes. Pour trouver où se loger, le résident, l’expatrié, le “digital nomad” pourront aussi utiliser la colocation et la sous-location.

Suite à la pandémie de Covid et le développement du télétravail, de nouvelles localisations deviennent possibles. Voici un dossier bien utile pour trouver son logement en Suisse.

Sommaire :

Les taux de vacance

Le taux de vacance (rapport un nombre de logements libres sur le nombre total de logements) déjà très bas dans la confédération est encore plus bas à Genève : 0,49% en 2020.
Quand on compare ce taux de vacance avec celui de Londres (approximativement 5%) et Paris (approximativement 8%) on comprend que la recherche d’un logement est une démarche qui mobilise pleinement les nouveaux arrivants.

Ce service de recherche de logement est proposé par les “relocation agencies” aux entreprises internationales qui font venir leurs expatriés en Suisse. Elles trouvent les logements et s’occupent des démarches. Tous les nouveaux arrivants ne bénéficient pas de ce service. Les résidents, les expats, les « digital nomads » qui changent de logement trouveront ici des informations utiles pour se loger.

OCSTAT - Statistiques des logements vacants
Taux de vacance des logements (GE)

Location : quel prix en Suisse ?

Les recherches de location commencent souvent par une consultation des sites internet spécialisés et des plateformes de location (homegate.ch, immostreet.ch…)

Le nouvel arrivant se trouve alors confronté à un prix élevé. En effet, toute catégorie de logement confondue, le prix moyen des loyers en Suisse entre 1990 et 2017 a augmenté.

Loyer moyen des logements
Loyer moyen des logements

Néanmoins, depuis 2017 on remarque une tendance à la baisse de loyers. Les nouveaux locataires bénéficient d’une baisse de loyer (courbe bleue) alors que les locataires qui restent dans leur logement payent l’indexation des loyers sur les prix (courbe rouge).

Évolution des loyers
Évolution des loyers

La localisation : toujours aussi importante ?

A Zurich, Berne, Lausanne, Genève et Bâle, les prix des loyers sont supérieurs à 10% par rapport à la moyenne suisse. Les grandes villes Suisses ne dérogent pas à la règle que les agents immobiliers de Londres, Singapour, Hong-Kong ou Paris, s’amusent à partager.
Partout, le prix de l’immobilier dépendrait de 3 critères :

  1. la localisation
  2. la localisation
  3. la localisation

Au delà de cette note humoristique, avant la pandémie du Covid, le prix du loyer était principalement déterminé par l’emplacement du bien immobilier. Les prestations du logement et son état venaient en complément.

La pandémie de Covid et l’essor du télétravail vient changer la donne. Avec une bonne connexion internet, on se déplace moins pour aller travailler. La distance avec son lieu d’emploi est un facteur moins important pour choisir son logement. Les prestations du logement deviennent un critère principal. Les digital nomads qui s’installent à l’année dans les stations de ski l’ont bien compris. Ils profitent d’une localisation de rêve tout au long de l’année !

Succès de la sous-location en Suisse

Compte tenu des difficultés à se procurer un logement, la sous-location est très largement utilisée. Il suffit de voir le nombre d’annonces qui l’affichent (ou pas) dans certaines villes de Suisse pour saisir l’ampleur du phénomène.

Si un locataire est amené à quitter son appartement pour une période de moyenne durée, il retrouvera son logement à son retour. Dans les faits, on voit des sous-locations pour des vacances, voire de simples week-ends !

On voit aussi de nombreuses sous location faites par des expats qui sont appelés à quitter la Suisse. Ils sous-louent leur logement si leur bail ne peut pas encore être résilié et si le bailleur refuse les nouveaux locataires proposés.

Sous-location : conditions

La sous-location est prévue dans la loi Suisse. Des conditions sont à respecter :

  • Le bailleur doit être averti de la sous-location et de ses conditions
  • Le bailleur doit accepter les conditions de la sous-location. Il va surveiller les clauses abusives et notamment le loyer qui doit être en rapport (une hausse peut être justifiée par le fait que la location est meublée). En cas de différence entre le loyer initial et la sous-location, le locataire bailleur devra le déclarer à l’Administration fiscale
  • Le bailleur doit donner son accord si un changement d’usage du local est prévu
  • La durée de la sous-location ne peut excéder celle précisée dans le contrat entre le bailleur et le locataire

Le locataire initial reste tenu par les conditions du bail, c’est donc à lui de payer les loyers au bailleur. Aussi, il est redevable d’éventuels frais liés à des dommages causés par le sous-locataire. Il doit s’assurer que le sous-locataire dispose d’une assurance responsabilité civile. Pour se garantir, le locataire-bailleur pourra souscrire une garantie-loyer (de 3 mois au maximum) et établir un bail de sous-location. Le contrat doit être écrit, et sa résiliation officielle doit provenir du bailleur-locataire.

La colocation

La colocation est très pratiquée, principalement par les étudiants et jeunes professionnels. La mise en contact se fait principalement par des sites internet dédiés :

  • Colocation Suisse
  • Easy WG
  • Ma colocation
  • Share home…

Le relationnel entre les colocataires est très important. Les sites mettent aussi bien en avant le profil social des colocataires que le bien loué. Souvent, ce sont les colocataires déjà présents dans l’appartement qui se chargent de choisir le nouvel habitant. Ainsi, des qualités humaines et une bonne communication sont des atouts majeurs qui augmentent les chances d’être choisi parmi les candidats.

Généralement, le montant du loyer est divisé par le nombre de colocataires dans l’appartement ou la maison. Selon la superficie des chambres et/ou espaces privés de chacun, les colocataires peuvent s’arranger entre eux pour payer des loyers différents. Dans tous les cas, demandez à être inscrit dans le bail pour éviter de devoir quitter rapidement les lieux en cas de désaccord avec d’autres locataires inscrits.

Résiliation du bail

En général, le préavis de départ pour un logement est de trois mois. Il doit s’effectuer par courrier recommandé. Mais il est important de lire attentivement son contrat car ce n’est pas toujours le cas.

Locataires et bailleurs peuvent résilier le contrat en respectant les délais fixés par le contrat et la loi. Celle-ci protège les locataires des congés abusifs. Si le locataire se doit de résilier le contrat en dehors des délais, il doit proposer un autre locataire au bailleur. Celui-ci doit être disposé à reprendre le bail aux mêmes conditions que le vôtre. Le bailleur dispose alors de 30 jours pour examiner le dossier du candidat.

Les bailleurs doivent indiquer le motif de la résiliation au locataire et utiliser une formule officielle rendant explicites les moyens pour le locataire de contester la décision. Si le congé expose le locataire à des difficultés trop importantes, il peut demander une prolongation du bail auprès de l’autorité de conciliation.

Un sous-locataire dispose en principe du même système de protection. Cependant, si le bailleur donne congé au locataire, seul celui-ci peut contester la décision.

Location : documents requis et formalités

Les documents suivants sont demandés pour louer un appartement ou une maison :

  • Un contrat de travail avec le montant du salaire, ou bien la dernière fiche de paie
  • Une pièce d’identité
  • Un permis de travail ou l’attestation de votre employeur d’avoir effectué la demande de permis de travail
  • Un extrait du casier judiciaire (il n’est pas forcément demandé)
  • Une attestation de non-poursuite de l’Office des Poursuites si vous résidez déjà en Suisse. Votre ancienne commune de résidence peut vous la transférer. Vous pouvez aussi le commander en ligne
  • Une copie de l’attestation d’assurance responsabilité civile

Le propriétaire ou la régie vous demandera également un dépôt de garantie (aussi appelé caution) qui correspond à trois mois de loyer. Cette caution est prise par l’intermédiaire d’une Banque qui bloque cette somme sur votre compte par un dépôt bancaire. Elle peut aussi être prise par l’intermédiaire d’une garantie de loyer que vous payez tous les mois à un organisme de cautionnement. Cela vous évite d’immobiliser une grande somme dès votre installation.

Si vous êtes en formation ou n’avez pas les ressources suffisantes, la caution de parents ou de proches peut être acceptée..

Le bail à loyer peut être conclu pour une durée déterminée ou indéterminée. Le bail a fréquemment une durée de trois ans renouvelable.

Location : informer la commune

Quitter une commune suisse pour déménager dans une nouvelle commune suisse implique d’annoncer son départ et son arrivée à l’Office de la population de la commune de départ et de la commune d’arrivée. Si vous arrivez de l’étranger, vous n’avez pas à présenter de document de la commune d’origine.

Ces annonces se font dans les 14 jours qui suivent l’arrivée. Les documents suivants sont présentés lors de l’annonce dans la commune d’arrivée :

  • L’acte d’origine individuel ou de couple
  • Le livret de famille ou certificat de famille si vous avez des enfants
  • La carte d’assuré ou le certificat de l’assurance maladie à laquelle vous êtes affilié.

Si vous déménagez dans la même commune, vous devez seulement notifier le changement d’adresse auprès du contrôle des habitants.

Bienvenue en Suisse !

Voilà, vous en savez plus sur la location, la sous-location et la colocation en Suisse.
Il nous reste à vous souhaiter plein succès dans vos recherches.
N’hésitez pas à poser vos question sur la catégorie « où s’installer » du Forum.
Et pour conclure : « Bienvenue en Suisse ! »

 

Notre Dossier : Arriver en Suisse

Lausanne et sa région est-elle toujours attractive pour les travailleurs frontaliers ?

Lausanne et sa région est-elle toujours attractive pour les travailleurs frontaliers ?

Lausanne et sa région est-elle toujours attractive pour les travailleurs frontaliers ?

Lausanne et sa région est-elle toujours attractive pour les travailleurs frontaliers ?

Commentaires

  1. Bonjour,

    Vous pouvez regarder tout le long de la RD 1206 (annemasse-Douvaine).

    Après 30-40 min ça dépend ou vous travaillez sur Genève et qu’entendez-vous par transport ?

  2. Avatar for Fafa Fafa says:

    Il faut aussi regarder autour tu tracé du futur Léman express.
    Divonne c’est sympa, mais ici comme ailleurs ça bétonne à bloc et les infrastructures et services ne suivent pas.

  3. Bonjour,
    Qu’entendez vous par la au juste ? Parce qu’en étant collé à Genève (Annemasse par exemple) il vous faudra au minimum ce temps pour rejoindre Genève aux heures de pointes en voiture … Donc bon ^^

    Ici, la circulation aux heures de pointes n’est vraiment pas rapide … Les feux sont très mal organisés, les gens dépourvus de toutes amabilités et logiques (Faut que je passe, peu importe ce que je fais pour passer … ) Enfin bref, D’une frontière Genevoise à Genève centre, aux heures de pointes et en voiture, compter déjà 30/45 min. Donc il vous faut ajouter le temps de trajet de chez vous à la frontière maintenant :slight_smile:

  4. Avatar for nathan nathan says:

    ah oui effectivement merci pour ces precisions sur la duree du transport
    Je pensais que la duree de transport (voiture, transport en commun) de Geneve centre a St Julien par exemple pouvait se faire en 30 minutes en heure de pointe
    ca ne semble pas vraiment le cas

  5. Pour le coup, la vous parlez de Saint Julien, qui est un peu a part en ce qui concerne le temps de trajet. C’est vraiment l’endroit le plus rapide d’accès pour rejoindre Geneve quand on est Frontalier.

    Et LA, dans ce cas, je vous donne raison. Pour y avoir habité, il faut effectivement, aux heures de pointes une trentaine de minutes rejoindre le Centre de Genève. Mais cela ne concerne que Saint Julien. Collé à des petites douanes ou les douaniers sont un peu moins chiant qu’ailleurs, et surtout vous êtes direct sur l’autoroute qui arrive dans Genève, donc moins d’embouteillage que partout ailleurs autour de Genève.

    Quand j’y habitais, à titre d’exemple, en parant à 6h30 il me fallait 25 min pour rejoindre le centre, a partir de 8h il me fallait 30/35 min … Mais encore une fois, vous n’aurez ca que sur Saint Julien, et les prix y sont absolument fous

  6. J’ajoute que si vous êtes prêt a payer pour habiter Saint julien, alors c’est vrai que c’est plutôt cool pour rejoindre Genève en bus. Vous avez des bus le matin qui viennent vous chercher coté France de la frontière (A Perly, avec un parking P+R (vous garer votre voiture et vous avez un abonnement au bus) et vous amène jusqu’au centre, en fonction d’ou vous bossé sur Genève c’est le top, et vous n’avez plus besoin de prendre votre voiture vraiment !

    Niveau temps de trajet, idem pour le bus qu’en voiture car peu de voix de bus sur sa route.

  7. Avatar for nathan nathan says:

    merci beaucoup pour ces infos sur st julien et temps de trajet !!
    ca aide a bien comprendre la situation

    certains d entre vous habitent dans une maison en travaillant a Geneve ?

Participez à la discussion sur forum.welcome-suisse.ch

93 more replies

Participants